• Accueil
  • > Non classé
  • > monsieur gabagbo où es tu? tu ne t’es pas respecté:c’est triste.

monsieur gabagbo où es tu? tu ne t’es pas respecté:c’est triste.

 Triste ,c’est triste.cette fin est effectivement triste.une tristesse intentionnelle,voulue et orchestrée par la victime de cette tristesse qui n’est rien d’autre que monsieur GBAGBO.depuis longtemps vomi et encerlé par les forces internationales,lesquelles apportent leur soutien sans faille à monsieur Ouatara.monsieur laurent aurait depuis quitté le pouvoir et ainsi il serait à l’abri de cette honte internationale qui va le suivre tout le reste de sa vie.oui c’est triste,triste c’est triste.

la question de sovoir si la certification internationale se substitue -t-elle à la constitution ivoirienne,il ne faudrait pas aller à la recherhe des marabouts avant de s’en rendre compte,que la manigance internationale de faire quitter gbagbo ne date de la période des élections,mais au contraire date depuis les reformes économiques operées par Gbagbo arrivé au pouvoir.l’enjeu est de taille et le président déchu n’a nullement pas envisagé une telle situation et ne pas le faire c’est marquer les points de la non maitrise de la realpolitik.

il est vrai qu’il a resisté,lutté ,mais il était conscient de sa faiblesse face à des forces internationales.le mieux était de quitter le pouvoir pour ne pas enterrer definitivement l’economie du pays.triste c’est triste,vraiment c’est triste.

partant de la défection de ses hommes de confiance,l’on peut s’en rendre compte que le général Mongou n’était vraiment pas de coeur avec gbagbo,mais un sous marain de monsieur ouatara.

gbagbo est fini,il sera épulché comme une orange,depouillée de son jus,de sa valeur .il risque de perdre une valeur qu’il a su acquerir par sa lutte hardie contre houphoete,cette valeur,il l’a perdue.

c’est bon d’ecouter sa femme,mais faites beaucoup attention,sutout lorsqu’il s’agit d’un jeu impliquant les sous,les armes et la vie des hommes comme celui de la conquête du pouvoir.simone gbagbo a fait ses preuves mais elle n’a pas su reconnaitre ses limites,et cette non rconnaissance a mis son mari dans un tout d’ivoire,politiquement enterré et humainement devalorisé.elle a fait tuer volontairement les citoyens ivoiriens et c’est grave.

le pouvoir est un instrument dont il faut faire attention dans son usage.c’est un couteau à double tranchant,la limitation de mandat est son remede,le respect de la dignité de la personne humaine est la clef du succès de celui qui en fait usage.

Laisser un commentaire